Abattage d’urgence d’un animal accidenté (bovin, porc, équidé)

Les règles concernant l’abattage d’urgence sont très restrictives. Celles concernant le transport ont été renforcées cet été.

Le CVI (certificat vétérinaire d’information) qui accompagne l’animal blessé  lors de son transport à l’abattoir, a été revu en totalité. Il mentionne désormais clairement dans quelles conditions un animal dit « accidenté » est apte au transport : une blessure « légère survenue sur un animal en bonne santé » avec un abattage moins de 48 heures après l’accident.

Sont aptes au transport :

  • Le traumatisme, la blessure ou la défaillance lors d’une chirurgie est « léger » et survenu sur un animal en bonne santé
  • Le transport n’occasionnera pas de souffrances supplémentaires
  • L’abattage est matériellement possible dans les 48 heures suivant le traumatisme
  • Le délai d’attente d’éventuels traitements est compatible avec l’abattage de l’animal

Sont inaptes au transport:

  • Animaux malades, incapables de se déplacer sans aide, boiteux sur trois pattes (sans appui d’un membre)
  • Une blessure ouverte, un prolapsus important ou un traumatisme grave
  • Vache à moins de 28 jours de la date de mise bas prévue
  • La vache a vêlé depuis moins d’une semaine
  • Veau de moins de 10 jours

Dans la mesure où l’animal accidenté ne peut être ni transporté ni soigné, il est procédé :

  • Soit à l’euthanasie de l’animal par le vétérinaire sans valorisation possible de la carcasse (équarrissage),
  • Soit à l’abattage d’urgence sur place en vue d’une valorisation de la carcasse qui est alors envoyée à l’abattoir. Avec un CVI « carcasse »

L’éleveur, le vétérinaire qui établit le CVI mais aussi le transporteur sont responsables et peuvent être poursuivis en cas de non conformités.

Pour plus d’informations, consultez le lien: http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/exploitation-agricole/proteger-la-sante-des-animaux/article/etablir-un-certificat-veterinaire