← Revenir à la liste des actions GDS Bovins

Avortement

1°) Définition :

Les avortements sont fréquents en élevage et comptent parmi les troubles de santé les plus pénalisants en terme économique dans les exploitations. Même si leur origine n’est pas toujours infectieuse, compte tenu du caractère zoonotique de certains germes responsables d’avortement, le GDS de l’Orne accompagne les éleveurs dans le diagnostic des différentes causes d’avortement.

Dès le premier avortement, des aides (prises en charge totales ou partielles : voir fiche tarif LABEO) sont apportées pour le diagnostic de la salmonellose, de la fièvre Q, de la néosporose,  de la BVD, de l’ehrlichiose et de la chlamydiose chez les bovins ; de la fièvre Q et de la chlamydiose chez les ovins et caprins.

A partir du 3ème avortement déclaré dans l’année, des recherches complètes sur avorton bovin sont prises en charge en totalité par le GDSCO (autopsie, FQ, néosporose, BVD, chlamydiose, salmonellose, mycoses, leptospirose, ehrlichiose, BHV4, bactéries diverses).

2°) Qui est concerné par cette action - À qui s'adresse-t-elle ?

La déclaration de l’avortement et la recherche de la Brucellose est obligatoire sur tout avortement d’un bovin. Pour les ovins ou les caprins, cette recherche doit s’effectuer dès lors que trois avortements ou plus ont été détectés sur une période de sept jours ou moins

Les éleveurs bovins, caprins et ovins adhérents au GDSCO bénéficient en outre d’aides pour des recherches complémentaires.

3°) Comment en bénéficier – Quelles sont les formalités ?

Pour déclarer un avortement, il faut appeler le vétérinaire qui effectuera un prélèvement pour la recherche de la Brucellose et transmettra le document de déclaration avec les prélèvements au laboratoire.

La recherche Brucellose est prise en charge en totalité par l’Etat (prélèvement et analyse). Pour les autres recherches, les participations du GDSCO sont directement déduites de la facture que reçoit l’éleveur adhérent au GDS (voir fiche tarif LABEO)

A partir du 3ème avortement déclaré dans l’année, en plus des prélèvements classiquement réalisés par le vétérinaire sur la mère, apportez l’avorton frais (moins de 24h) au LABEO (19, rue Candie à Alençon).

Dans le cas où l’avorton n’est pas directement transportable, faites réaliser des prélèvements sur celui-ci par votre vétérinaire (rein, foie, cœur, liquide stomacal, cerveau) afin qu’ils soient réfrigérés puis transmis ultérieurement au LABEO.

4°) Nous contacter :

Katia ALEIXANDRE
Technicienne, IBR, Paratuberculose, Section équine.
Téléphone : 02.33.80.38.38
Fax : 45.74.05.27.90
Claire OSDOIT
Vétérinaire conseil, Conseils vétérinaires, Formations, BVD, Avortement, Caisse Coups Durs, Section porcine.
Téléphone : 02.33.80.38.38
Fax : 45.74.05.27.90