Maladie de Mortellaro : Traitements et prévention

Présentation

La maladie de Mortellaro ou dermatite digitée est caractérisée par la formation d’un ulcère superficiel, granuleux, rouge vif, bordé d’un liseré blanc et de poils hirsutes. Cette lésion est principalement située en couronne, à l’arrière ou à l’avant du pied, mais aussi sur la zone interdigitée (entre les deux onglons) et sur les limaces.

Cette maladie est d’origine infectieuse, elle est due à la présence de bactéries spirochètes du genre treponema qui pénètrent la peau. Le mode de contamination est encore mal connu, cependant une agression de la peau est nécessaire pour que ces bactéries se développent.

Les traitements individuels et collectifs

1) Le traitement individuel

Les lésions de la dermatite digitée nécessitent d’abord un traitement individuel pour la guérir. La réussite dépend de la précocité du traitement et repose donc sur une détection régulière des lésions. La guérison apparente n’empêche pas la récidive, la surveillance est donc primordiale.

Au préalable, nettoyer la plaie et la sécher augmente la réussite du traitement de la lésion. La répétition du traitement à 12 heures d’intervalle est conseillée durant 2 à 3 jours.

L’utilisation de l’oxytétracycline en spray est une solution efficace, d’autres solutions diverses à base de cuivre et de zinc (spray ou gel) sont beaucoup utilisées et montrent une efficacité.

2) Le traitement collectif

Si la maladie touche 20% du troupeau, l’association avec un traitement collectif est à envisager en plus du traitement individuel.

Différentes méthodes peuvent être envisagées en fonction des caractéristiques de l’exploitation, de la facilité et les moyens disponibles. Parmi ces techniques, nous avons :

  • Les pédiluves avec une solution désinfectante diluée dans l’eau (maximum 200 passages)
  • Les pédiluves à sec
  • Les tapis mousse imprégnés d’une solution désinfectante
  • La pulvérisation d’une solution désinfectante (en salle de traite ou au cornadis)

La mise en place de l’un de ces systèmes nécessite toujours le nettoyage des pieds avant application du traitement avec un jet d’eau moyenne pression. L’environnement avant la désinfection soit propre car la saleté inhibe l’effet de la solution.

Lorsque la maladie est installée, la désinfection collective s’envisage à long terme pour maîtriser la maladie. Ainsi, le rythme du traitement doit être maintenu et régulier. La fréquence du traitement collectif est à raisonner, il peut être sur un rythme d’une fois tous les 15 jours en début de traitement. Si la présence de lésions de dermatite digitée diminue par la suite, le rythme d’un traitement collectif par mois peut être envisagé.

La prévention

1) Pour les troupeaux sains

Sur les élevages encore indemnes de la maladie, la première prévention consiste à limiter au maximum les achats d’animaux. Si dans certains cas, l’achat est nécessaire (agrandissement, installation), il faut se renseigner sur la présence de la maladie dans le cheptel d’origine et si possible lever les 4 pieds avant l’achat et l’introduction pour vérifier l’absence de lésion. Une précaution supplémentaire peut être envisagée en désinfectant les pieds avant introduction.

L’intervention de personnes extérieures dans l’exploitation est un facteur de risque dans l’introduction de la maladie, leurs équipements doivent être propres et désinfectés.

2) Pour les troupeaux atteints

Pour les troupeaux atteints, il est difficile de se débarrasser de la maladie. Il est cependant possible de la maîtriser en agissant sur plusieurs points :

  • Appliquer un traitement sur les lésions de façon précoce, la surveillance est de rigueur que ce soit en salle de traite ou en logettes lorsque les animaux sont couchés.
  • Si la présence de la maladie est très importante (50 % du troupeau), faire un parage sur tout le troupeau pour soigner toutes les lésions et ainsi diminuer la pression.
  • Mettre en place un traitement collectif (dès que le taux d’infection dépasse 20%), celui-ci ne dépend pas forcément du produit utilisé, son efficacité dépend principalement de la manière dont il est appliqué. Ainsi, le rythme d’application du traitement, l’emplacement du traitement collectif et l’hygiène générale des pieds ont un impact sur la réussite du traitement. Plusieurs produits existent sur le marché et montrent une réelle efficacité sur les lésions.
  • Agir sur les facteurs de risque au niveau de l’habitat : zone humide, hygiène générale. Il ne faut aucune zone avec de l’eau stagnante dans l’élevage.
Joffrey HAREAU
Technicien, Courants parasites, Dynamique de traite, Pédicure bovin.
Téléphone : 02.33.80.38.38
Fax : 45.74.05.27.90